bonheur en tranches

Et si le bonheur des uns faisait aussi le bonheur des autres…

4 jours à l’aventure

Laisser un commentaire

Le campeur: Bonjour Madame! Ça va bien aujourd’hui?
La Madelinienne: Toujours! Et vous?
Le campeur: Ben… Ça va mieux quand le soleil est là…
La Madelinienne: Ben il est juste au dessus des nuages, Monsieur!

Elle a raison, la Madelinienne. Même sous la pluie, les paysages ici sont grandioses. Des cartes postales partout ou le regard se pose.

Les îles des la Madeleine, c’est ça. Cette sagesse de ceux qui vivent au rythme des saisons. Cette certitude que la nature est bonne, que le bonheur est à porté de main. Cette beauté des gens qui prennent le temps de vivre ensemble.

Dès que j’ai compris que c’était bien la « vraie de vraie » Marie-Josée Lord qui était assise devant moi dans l’avion, j’ai su que ce voyage ne serait pas banal! Pendant les 2 heures du vol, le rire de la cantatrice, une cascade des clochettes qui dégringolent dans mes oreilles, annonçait la couleur de mon escapade.

Je vous aurais dit que je partais faire un « road trip » seule, en silence, que je rencontrerais un couple de pêcheurs aux homards qui m’inviteraient chez eux pour m’apprendre à restaurer les cages et les bouées, que je chanterais en coeur avec une octogénaire allumée dans un café sympathique au bord de l’eau, que je mangerais de la riette de homards, du saucisson de loup marin, du calzone aux fruits de mer, que je prendrais mon premier cours de cerf volant à deux cordes sur la plage, que je câlinerais un petit caniche blanc dans un Westfalia, que je danserais la salsa avec des profs dans une micro-brasserie, que je boirais de la bière autour d’un feu de camps avec des Acadiens de Caraquet, et que je rirais pendant des heures avec un clown thérapeutique, vous ne m’auriez pas crue. Moi non plus! Et pourtant, j’ai fait tout ça, aux îles!

La preuve que 4 jours, c’est assez pour partir à l’aventure!

Oh! Bien sûr, je n’ai pas tout vu des îles. Je ne me suis pas arrêtée à la mine seleine, je n’ai pas fait le tour du Havre aux Maison, ni pris le zodiac jusqu’à l’Île d’Entrée ou l’île Brion, ni tenté le kite-surfing… Mais je sais déjà que je reviendrai!

Pour les dunes et leur halo de vert que le vent décoiffe. Pour les cerfs volants et les kite surfs qui papillonnent de part et d’autre de la route. Pour cette route qui s’étire entre les dunes. Pour le vent qui tempère, le vent qui chante, le vent qui berce, qui chasse les idées noires. Pour la mer qu’on entend depuis presque partout. Pour l’odeur de varech du port de la Pointe de l’Est. Pour l’ocre de la Dune du Sud, le jaune de la maison de Ginette, le camaïeu des bleus des côtes, les falaises de grès rouge qui bordent la plage. Pour les cours de château de sable. Pour le sourire des touristes autant que pour celui des Madelinots. Pour les soirées au café à improviser de la musique avec les gens du village. Pour la lumière que rien n’arrête et que le sable et l’eau nous renvoient. Pour les bateaux des pêcheurs. Pour les cabanes à homards dans les ports. Pour les accents des îles. Pour la gastronomie raffinée, même dans les campings. Pour les gens qui se parlent, même quand ils ne se connaissent pas. Pour l’attendu et pour l’inattendu. Pour la douceur de vivre.

4 jours qui calment, émerveillent et transforment. Grand bol d’air frais qui énergise. La machine à rêver qui s’emballent et qui féconde.

Et au retour, en bonus, les retrouvailles avec mes lutins, le Grand et le Petit!

IMG_7579  IMG_7560  IMG_7422  IMG_7565IMG_7410IMG_7501IMG_7507

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s