bonheur en tranches

Et si le bonheur des uns faisait aussi le bonheur des autres…

La résilience du Petit

Laisser un commentaire

À droite, le Grand qui ronfle. À gauche, le Petit qui ronfle. Le genre d’immersion dans le bruit de « trucker » qui, en temps normal, m’aurait exaspérée au plus au point.
Pas aujourd’hui.
Pas avec la semaine qu’on vient de passer.
Ce bruit, ce matin, c’est la preuve qu’on a survécu. Tous.
Le Petit à l’ouverture de son crâne. Il est tombé sur le pied du lit. 3 cm derrière la tête. Du sang comme dans les films.
Il a eu l’élégance de choisir un moment où Maman n’était pas là, pour sa chute. Je ne sais pas comment j’aurai réagi…
Le Grand, lui, a été d’un calme olympien. Il a appelé un taxi, est parti sans les chaussures du Petit – pas le temps – jusqu’à l’hôpital pour enfants. Il a attendu la fin de mon rendez-vous pour me téléphoner. Me dire que tout était sous contrôle et qu’ils m’attendaient à l’hôpital.
Un appel court, l’essentiel, quelques secondes. J’étais calme. Le Grand dit que tout est sous contrôle.
Et puis à mi-chemin… Je me suis demandée s’il m’avait tout dit. S’il n’avait pas un peu atténué l’info pour ne pas que je panique. Tentant de céder à la panique. Moi aussi je me suis ouvert la tête en tombant sur un pied de lit… J’avais 5 ans. Et vu comme les adultes autour s’agitaient, j’en ai retenu que ça devait être grave. Terrible.
Mais j’ai résisté à la tentation d’imaginer le pire. Je me suis concentrée sur le trafic. Stop avance, stop avance. Respire.
Il était content de retrouver sa Maman! Le Grand essayait tant bien que mal de maintenir la débarbouillette maculée posée sur le petit crâne.
La Dr nous a dit que ce n’était pas si profond que ça. Pas de séquelles. Et qu’on ne faisait plus de points de suture pour les cuirs chevelus. Pas d’aiguille, ni de fil, pas de pansement qui tire les cheveux. Ça fait mal, ça fait peur, c’est pas nécessaire. Maintenant, on tisse les cheveux pour refermer la plaie. On colle les cheveux. La plaie guérit toute seule. Bonnes nouvelles!
Mais il faut attendre. Attendre que la crème anesthésiante fasse effet. Que la Dr revienne. 
Le Grand nous gonfle des ballons-poulets dans des gants de chirurgie. On leur dessine des yeux, des nez, des bouches. Et on rigole en attendant.
Le Petit oublie la débarbouillette, la crème, la gaze. Il oublie même la crise d’asthme qui l’étreint depuis 2 jours. Comme si de rien n’était, il rit. Il fait voler les poulets gonflés.
Je réalise que je ne me suis jamais demandée « si », comme moi, il s’ouvrirait un jour la tête. Non, la vraie question a toujours été: « quand » est-ce qu’il s’ouvrira la tête?
Dès que j’ai le dos tourné, il escalade les jeux de cordes dans le parc des grands depuis qu’il a 18 mois. Il a vite compris qu’il pouvait grimper plus haut que moi dans les grands pins du parc, si haut que je ne peux plus l’attraper. Et il faut le voir courir et sauter comme s’il était monté sur ressorts quand il prend ses médicaments contre l’asthme. Au début, je le suivait comme une ombre, maudissant la vie de ne m’avoir dotée que de 2 bras pour le protéger. Ces moments où tu jalouses les mamans pieuvres parce qu’avec 8 tentacules tu te sentirais tellement plus sécuritaire!
Et puis ça arrive toujours de façon banale. Un mercredi après midi. Dans la chambre.
Voilà.
Ça, c’est fait.
Oh bien sûr, le Grand et moi, on est encore un peu secoués. On va avoir besoin d’un petit debriefing quand le Petit sera couché.
Le Petit, lui, il maîtrise la résilience.
« Et si on faisait un cadeau pour le Père-Noël, Maman? Lui, personne ne le gâte, hein? »
Alors on ressort nos vieux disques de Frank Sinatra. On continue nos bricolages de Noël.
Onward! Il nous reste tout plein de vie à vivre!

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s